Poésie Debout : le Serpent à sornettes

Je ne suis pas un mythe,
Je suis bien réel,
Sans tête, je lévite
Au gré de vos séquelles.
Pas d’aile ni de plume,
Pas de bec ni de dent,
Une langue comme enclume
Séparée en deux segments.

Ecoutez, ecoutez… Ssssssssssssssssss
Le sssson de mes voix, qui glisse entre les lignes
Le sssson de mes voix, qui glisse entre les lignes
Le sssson de mes voix, qui glisse entre les lignes

Je suis multiple, je suis un…
Souffle sur une vitrine
Que recherche l’enfant en vain
Je suis multiple, je suis un.
Je m’incarne quand je veux
Par l’œil de la lucarne
Et par l’œilleton du lumineux
Quand le vice s’épargne.

Regardez, regardez… Ssssssssssssssssss
Mes belles gueules qui chauffent vos rétines
Mes belles gueules qui chauffent vos rétines
Mes belles gueules qui chauffent vos rétines

Mes souffles glissent, mes êtres esquissent
La vérité sur le futur,
Sssss… tournez mes langues qui lisssssent
Les mensonges sans rature.
L’hydre n’a pas assez de gueules
La voix, pas assez de portée
Mais le faux en boucle, à lui seul,
Incarne les pans de ma vérité.

Ressentez, ressentez … Ssssssssssssssssss
Ressentez, ressentez… Ssssssssssssssssss
Ressentez, ressentez… Ssssssssssssssssss
Ressentez, ressentez… Ssssssssssssssssss

Je dépasse la vie,
Je dépasse les continents,
Que se limite à ma sure vie,
La mort des sans dents.
Je suis né sur les bords de l’Élite,
Qui m’a longuement abreuvé
Du don du serpent à sornettes
Que mes ancêtres ont approuvé.

Marc. 

Crédits photos:

  • Etedebout#4: Nuit Debout - DR

Une réaction sur cet article

  • 1 décembre 2016 at 18 h 15 min
    Permalink

    Trop génial !!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *