Présidentielles 2017 : une abstention active et créative

Alors que le taux d’abstention devrait battre tous les records pour l’élection présidentielle du dimanche 23 avril, plusieurs collectifs ont lancé des projets artistiques et créatifs autour du non-vote. De quoi prouver que les abstentionistes ne sont pas des citoyens passifs et dépolitisés. Gazette Debout publie aujourd’hui son premier reportage en partenariat avec Radio Parleur.

Affiches parodiques campagne électorale

NoLino est un peu contrarié. Les photos que son collectif a collées mardi soir sur les panneaux électoraux, face à la mairie du 3e arrondissement parisien, ont été recouvertes par d’autres, représentant des artistes appelant à « voter PHB ».

 » Ces gens ne sont pas dans la même démarche que nous. Ils personnalisent leur opposition à l’élection présidentielle comme s’ils voulaient faire le buzz, à l’instar des hommes politiques qu’ils combattent. Nous au contraire, préférons l’anonymat, avec des clichés d’hommes et de femmes qui tournent le dos à la politique « , explique NoLino, plasticien à l’origine du collectif 23 avril.

C’est en 2012 qu’il décide de lancer ce projet : prendre en photo des citoyens de dos, sur fond blanc, pour symboliser leur désaffection envers une classe politique dans laquelle ils ne se retrouvent plus. A l’époque, les membres de 23 avril (qui s’appelait d’ailleurs 22 avril) étaient partis en tournée dans une dizaine de villes françaises pour recouvrir les panneaux électoraux avec leurs affiches sobres et symboliques. Cinq ans plus tard, rien n’a changé ou presque. « Les gens sont encore plus dégoûtés de la politique ». Et les panneaux électoraux deviennent désormais des espaces d’expression de cette colère. « En 2012, personne ne collait recouvrait les visages des candidats. Nous avons été les premiers à réinvestir le mobilier urbain pour servir de support à l’expression politique », poursuit NoLino.

Le collectif du 23 avril est aujourd’hui loin d’être le seul à détourner ces panneaux. Tout récemment, le collectif Tout à Faire qui propose sur Tumblr des kit à imprimer pour « corriger les pubs de campagne ». D’autres encore collent un nez rouge sur le visage des candidats.es. A Montpellier, le street artiste Efix a utilisé les bonshommes « Monsieur, Madame » tandis qu’à Paris, ce sont les personnages de Disney qui ont été détournés : la Petite Sirène, Pinocchio, Schtroumpf Grognon, l’Oncle Picsou, prennent la place de Macron, Fillon, Le Pen, Melenchon et d’autres. L’un des artistes du collectif, Combo a expliqué sa démarche dans un article du Monde : « l’objectif est de faire comprendre le champ lexical qui est derrière les slogans des candidats, de les décoder et les décrypter ». De quoi faire sourire, inciter les passant à prendre du recul et peut-être gagner un peu d’argent ? Ses affiches sont disponibles pour 25 euros dans la boutique de l’artiste. 

Le financement reste évidemment le nerf de la guerre pour mener à bien ces campagnes artistico-politiques. Le collectif du 23 avril a tenté de lancer une cagnotte pour subventionner notamment l’impression des affiches, hélas sans grand succès. « En 2012, j’ai tout payé sur mes propres moyens mais cette année, ce n’est plus possible. Si notre action récolte beaucoup de sympathie, bien peu sont enclins à nous donner de l’argent pour nous aider « , regrette NoLino. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre son combat de sensibilisation : « la démocratie, ce n’est pas uniquement glisser son bulletin dans l’urne. La politique est une affaire de pratiques, une éducation à participer à la vie de la commune. Ce n’est pas parce que les gens ne vont pas voter qu’ils ne sont pas politisés « .

Un discours également tenu par Coralie, l’une des co-fondatrice du Parti des Abstentionnistes et des Sans-voix (PAS), lancé en 2016. Ses membres refusent « d’imposer une quelconque opinion, mais veulent permettre à beaucoup d’assumer la leur à savoir : l’abstention, le vote blanc, le vote nul etc ». L’objectif est d’initier une réflexion plus générale sur la démocratie française, la représentativité, et le système électoral. Leur site internet rassemble un kaléidoscope de portraits d’absentéistes expliquant les raisons de leur désintérêt envers les élections. On découvre notamment une vidéo d’un certain Alain Formenteur, qui a détourné les paroles de la chanson « Dès que le vent soufflera » de Renaud pour illustrer en musique les causes de son écœurement.

Le PAS espère aussi célébrer la victoire du « premier parti de France », notamment lors de pique-niques électoraux organisés par un autre collectif. « Nous voulons nous rassembler dans l’espace public, montrer notre force et nous réapproprier les élections », explique Coralie. Ne plus se cacher, honteux d’un choix politique longtemps vilipendé.

« On nous parle souvent des danger du non-vote, en nous expliquant que nous avons la chance de vivre dans une démocratie et que nous crachons sur le système. Sans parler de tous ceux qui accusent faire le jeu du Front National. Je leur demande alors plutôt de s’intéresser aux raisons qui poussent nos concitoyens à voter Le Pen, car on ne se pose jamais vraiment la question, estimant qu’ils sont perdus pour la démocratie ». Dans une tribune publiée dans Reporterre, le journaliste Antoine Peillon, auteur du livre Voter, c’est abdiquer ! Ranimons la démocratie ! démontre, études chiffrées à l’appui, que l’abstention ne fait pas le lit de l’extrême-droite. Dans Marianne, il parle même d’une « volonté révolutionnaire » dans l’appel à l’abstention.

Lors d’un débat organisé par Mediapart, Antoine Peillon va encore plus loin, assurant que l’abstention active est le « signe d’une vitalité démocratique, un acte politique qui relève de l’action directe ». Face à lui, Antoine Bueno, ancienne plume de François Bayrou et auteur de No Vote, abonde dans son sens « Aujourd’hui, le vote FN est décomplexé, alors que s’abstenir reste quelque chose de honteux, une provocation, une attitude non citoyenne. J’ai écrit ce livre pour contre balancer les choses ».

Car l’abstention n’est pas synonyme de passivité. Ceux qui refusent de glisser leur bulletin dans l’urne électorale ne vont pas forcément rester avachis devant leur télévision ce dimanche, à se lamenter sur un scrutin dans lequel ils ne croient plus. Bien au contraire, en 2017, l’abstention est plus que jamais active et même créative.

L-A.

 


2 réactions sur cet article

  • 22 avril 2017 at 13 h 32 min
    Permalink

    L’art de se tirer une balle dans le pied. Bon courage pour dimanche 20h00 !

    Reply
  • 22 avril 2017 at 19 h 43 min
    Permalink

    L’abstention n’est pas une bonne idée pour ce premier tour. Trois des favoris se préparent à vous virer des places avec les moyens de la Ve République et je ne viendrai pas vous soutenir !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *