Les ennuis judiciaires de Nuit Debout Lannion

La répression judiciaire contre Nuit Debout Lannion continue. Trois de ses participants ont reçu des citations à comparaître devant le tribunal d’instance de Guingamp ce jeudi 17 novembre. Leur faute ? Avoir enfreint l’arrêté d’interdiction de rassemblement autour de l’Hôtel de ville les 24 et 26 juin et les 3 et 4 juillet dernier. Ils risquent 1.500 € d’amende chacun par infraction.

Nuit Debout Lannion dénonce un harcèlement administratif, policier et judiciaire, faisant écho à la répression connue dans bien d’autres villes contre les militants associatifs, politiques et syndicaux.

Le mouvement a commencé à se réunir devant la mairie à partir de mi-avril 2016. Le 20 juin dernier, un arrêté municipal interdisant tout rassemblement dans ce périmètre a été pris, officiellement à cause du bris de la porte vitrée de la mairie, le 18 juin. Une action ne pouvant en aucun cas être imputée au collectif. Les participants ont choisi de passer outre cette interdiction et continuèrent de se retrouver tous les jours. Ils ont également déposé un recours contre cet arrêté liberticide au tribunal administratif de Rennes.

La répression contre Nuit Debout Lannion a aussi pris la forme de contraventions pour stationnement « gênant » pendant les rassemblements. Plusieurs amendes de 135 euros, notamment sur un emplacement dont le maire et un agent leur avait concédé verbalement l’utilisation, ainsi qu’une amende de 45 euros pour « bruit portant atteinte à la tranquillité » (en fin d’après-midi, alors que la personne ciblée était loin de la sono, et que cette dernière avait été prévue, dans la déclaration de rassemblement déposée en préfecture).

« N’ayant aucune accusation légitime contre le mouvement, les autorités – dont le Maire, agacé par notre présence, et refusant de nous recevoir – tentent d’attaquer par de nombreux biais », explique Nuit Debout Lannion. « Les « deux poids deux mesures » des interdictions nous révoltent : en effet pendant ce temps des policiers manifestent sans en avoir le droit, en toute impunité et avec des buts liberticides, pour les citoyens auxquels ils ont étés confrontés cette année, avec les résultats que nous connaissons ».

Ce n’est pas la première fois que le mouvement de Lannion se rebelle. Le 14 juillet, il avait organisé un carna-Valls qui avait particulièrement déplu aux autorités locales. Aujourd’hui, les participants appellent à un rassemblement le 17 novembre à 9h devant le tribunal d’instance de Guingamp pour soutenir les camarades injustement accusés.

Le lendemain 18 novembre, une soirée est organisée à partir de 17h30. Au programme :  des discussion sur les luttes locales en cours et leur avenir en présence des collectifs Grains de Sable, Douar Didoull, d’opposants à l’aéroport de NDDL, de Nuit Debout Lannion, de soutien aux migrants, et d’autres. Des concerts de La Famille Walili, C’est qui PauletteNarma & the walili beat brother’s ainsi que Bazar Braz sont également prévus.

Plus d’informations sur la page Facebook de Nuit Debout Lannion et son compte Twitter.

Crédits photos:

  • Mascarade de décapitation condamnée: Nuit Debout Lannion / DR

Une réaction sur cet article

  • 16 novembre 2016 at 21 h 14 min
    Permalink

    Bonsoir Nuit Debout, bonsoir Nuit Debout Lannion; « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage », et tout le harcèlement dont vous êtes l’objet n’est pas anodin, les autoritaires autorités veulent tuer tout le mouvement social dont Nuit Debout est l’essence; tout ce qu’ils vous font, les autoritaires le font à nous toutes et tous; en tout cas, je le prends comme tel. En plus, nous sommes à la veille de l’hiver, nous ne pouvons pas mener manifs à cause de la météo qui n’invite guère, et cela, les autoritaires le savent aussi. En attendant, on ne peut que serrer les dents et manger sa colère.. Mais, patience et longueur de temps nous feront raison, il est un jour qui s’appelle demain.. « Et cependant, Elle tourne.. » Cordiales salutations et prenez soin de vous..

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *