Au mont Mézenc, les réfugiés mobilisent plus que Laurent Wauquiez

Dimanche 23 octobre, plusieurs milliers de personnes ont bravé le froid et la pluie pour faire l’ascension du Mont Mézenc (Haute – Loire) afin de soutenir les réfugiés. Récit d’une journée engagée ( et mouillée !) qui a mobilisé plus de gens que la rentrée politique de Laurent Wauquiez, pourtant au même endroit et en plein mois d’août. 

L'ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.
Le brouillard et la pluie n’ont pas découragé les militants, venus soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.

Nous étions une dizaine de Nuit Debout Clermont -Ferrant à répondre à l’Appel du Mézenc, ce dimanche 23 octobre 2016. Seulement une dizaine ? C’est vrai que pour une action que nous avions initiée, ce nombre peut sembler ridicule. Mais compte tenu de la distance (200 kilomètres ) et surtout de la concurrence générée par l’ouverture du Parc Oasis, l’effectif n’était pas si maigre que cela. Heureusement, nous avons su nous entourer d’amis et c’est ainsi que ce dimanche, ils furent plus de 2000 à converger depuis l’ensemble de la région Auvergne-Rhônes Alpes, et même de plus loin, vers un Mont Mézenc tellement perdu dans la bruinasse que certains d’entre nous faillirent bien se tromper et escalader le massif Gerbier de Jonc, quelques kilomètres plus loin.

Dire que cet évènement fut un succès serait être en dessous de la vérité, tant la totalité des organisateurs ne misaient-ils, au mieux que sur une affluence maximale de 1000 personnes. Et encore, il s’agissait d’une estimation haute établie alors que la météo nous annonçait encore un dimanche clément. 2000 personnes : un chiffre fourni par la gendarmerie au regard du nombre de voitures garées un peu partout le long de la route départementale.

Aussi, en cohérence avec le différentiel qui s’affiche habituellement entre organisateurs et forces de l’ordre au décours de ce genre de manifestation, aurions-nous pu dire 4000 ou 10000.  Sauf que 2000 personnes, au mois d’octobre à plus de 1700 m d’altitude c’est énorme ! De mémoire de bœuf « fin gras » (la spécialité locale), jamais ce point culminant de la Haute-Loire et de l’Ardèche n’avait connu une telle affluence. Même en août, lorsque que le président de notre région (Laurent Wauquiez ) y invite toute la cour de ses affidés, de ses séides, de ses suppôts et de ses obligés à venir l’admirer en pleine pavane, même en août ce géant des Estables ne reçoit pas le quart de l’affluence que nous avons connue hier bien qu’y sévît le crachin…

L'ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.
L’ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.

Nous pouvons vous affirmer que jamais nos pauvres barnums ne furent autant utiles. Et tandis que nos amis de Nuit Debout 43 se chargeaient du service d’ordre et du casse-croûte, nous avons pu y profiter des lumières de ceux du réseau éducation sans frontières, de la Cimade, ainsi que d’un passionnant professeur d’histoire spécialisé dans l’histoire des traditions d’accueil du plateau Vivarais-Lignon, dont certes nous avons « mangé » le nom mais dont nous avons bu, en revanche, les paroles…

De la convergence des luttes, de la convergence des moyens, de l’éducation populaire : il y avait donc là tous les ingrédients qui justifient l’existence de Nuit Debout : agir, lutter, éduquer au profit des causes qui nous semblent justes, en favorisant la mise en en relation des gens avec les experts et en mettant à disposition de ces derniers (associations, savants…) notre richesse humaine et intellectuelle, nos réseaux, notre logistique…

L'ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.
Nuit Debout, toujours présente, malgré la pluie, pour soutenir les réfugiés du Mont Mézenc, le 23 octobre 2016.

Pour ce qui est de trouver un résumé plus objectif (et néanmoins souvent bienveillant) de cette journée, nous vous conseillons de vous reporter aux divers articles qui sont parus dans la presse (La Montagne,  L’Humanité, La Commère 43, Le Parisien) et qui montrent bien en quoi, et avec quelle manière et quel fond, Mr Wauquiez – et à travers lui tous les xénophobes – s’est vu hier magistralement fessé sur ses propre terres par un peuple qui refuse de se laisser aveugler par la peur et par les préjugés.

Cela dit nous devons rester « debout » car le démantèlement de Calais ne fait que commencer et nous devons rester vigilants quant au sort que l’Etat et que notre région réservera à tous ces « déplacés ».

Justin Bridoux- ND Clermont

#AppelDuMezenc #BienvenueAuxRefugies #citoyens #23oct #LesEstables#Cimade #LDH #NuitDebout #Attac #RESF #ConfederationPaysanne #CBSO #PAS

Crédits photos:

  • L’ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.: Nuit Debout
  • L’ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.: Nuit Debout
  • L’ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.: Nuit Debout
  • L’ascension du Mont Mézenc pour soutenir les réfugiés, le 23 octobre 2016.: Nuit Debout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *