« Le cortège de tête par-delà la tête de cortège »

(photographie ci-dessus de Darius DR)

TRIBUNE — Le Cortège de Tête est une nouvelle forme de mobilisation née du refus de rester « derrière la corde et les sonos ». Il s’organise pour être en tête des luttes, et pas seulement des manifestations.

Si les “Nuit Debout” sont historiquement nées d’un vœu de convergence des luttes (avec les syndicats, les associations, etc.) les “ND” telles qu’abrégées, sont cependant également marraines et actrices du Cortège de Tête. En manifestation, en effet, la convergence géographique est claire : les activistes, dont certains viennent de Nuit Debout, sont tous devant – et les syndicats au second plan.

“Nous sommes l’avant-scène inclusive, plurielle, offensive et déterminée des luttes, manifs et occupations – convergentes. Nous souhaitons réunir ZAD, communes libres, places, usines, théâtres, universités occupées, pour faire masse ensemble en tête des luttes – et plus seulement en tête des cortèges. Précaires selon les sondeurs, casseurs selon BFM, lecteurs ou visiteurs uniques selon lundi.am, nuitdeboutistes d’après mars, nous sommes le Cortège de Tête.”

esquise Cortège de tête
Manif vue du ciel. Devant : autonomes, Zadistes, Nuits debout, Etudiant.e.s, Chômeurs-euses (…) : le Cortège de Tête – DR

Gazette Debout vous en avait déjà parlé dans son article sur la Bourse du travail.

“Le Cortège de Tête s’est créé il y a quatre mois. Il réunit étudiants, chômeurs et salariés qui ne sont pas forcément syndiqués. Il est l’un des cortèges les plus imposants pendant les manifestations sociales. Il étonne par sa diversité et son indépendance. C’est aussi celui qui est souvent considéré comme le plus engagé et le plus déterminé. On y retrouve notamment de nombreux.ses nuitdeboutistes. « Ces quatre derniers mois, nous avons créé une identité qui dépasse les syndicats. » Une nouvelle convergence est en marche. Elle appelle à la démocratie et au dépassement des désaccords habituels.”

Réuni pour partie le 11 et 12 juin à Nanterre puis pour d’autres de ses membres les 28 juin à la Bourse du Travail et 3 juillet entre Notre-Dame-des-Landes et Nantes, le Cortège de Tête aspire dorénavant à se fédérer davantage, dans toute sa diversité. Ce week-end (9 et 10 juillet), certains seront à Notre-Dame-des-Landes à l’appel des amis de la ZAD. Demain (5 juillet) un certain nombre d’entre eux seront dans les manifestations, masqués ou non, en noir ou vêtus de couleurs vives,  déterminés, créatifs, réunissant ceux que craignent le gouvernement, le Parti socialiste et les centrales syndicales. Le soir du 5 juillet, un appel à se réunir devant l’Assemblée nationale a également été diffusé.

Visuel Eté Debout
Visuel Eté Debout – Nuit Debout / DR

Mais selon toute probabilité, les prochains rendez-vous de coordination se présenteront sous la forme de réunions champêtres confidentielles tout au long de l’été. Une idée plane également depuis 24 h : pourquoi pas à Nantes, maintenant que le PS a annulé son université d’été ? Comme un clin d’œil à ceux qui désignent les sympathisants du CDT comme étant « l’ultra-gauche anti-démocratique »… Ou en d’autres termes, le peuple, par trop souvent gazé, nassé, tabassé (cf le rapport de Reporterre sur les violences policières).

 

Nous sommes un moment, pas un mouvement, un élan commun, émancipateur, enthousiasmant, inclusif et horizontal. Nous sommes des collectifs et espaces autonomes, nés des occupations de places [de Tahrir aux Indignés-15M, en passant par Occupy-Les 99% ou les récentes Nuits Debout et GlobalDebout, qui ont agrégé jusqu’à 300 places dans près de 30 pays…] et de communes [Tarnac…] ou de zones vertes [Zad de Notre-Dame-des-Landes, Zapatistes…] ; Nous sommes des archipels de femmes et d’hommes libres, debout, en lutte, saboteurs, bâtisseurs, résistants, insoumis et souvent ingouvernables, rassemblés pour la suite du monde. Nous sommes un méta-réseau, un tissu de réalité toujours plus profond, plus intense et plus étranger au spectacle politique, nous sommes des processus locaux d’organisation, de pensée, de rencontre et de lutte de plus en plus denses. Nous sommes convaincus que ceux qui rêvent sans agir cultivent le cauchemar ; nous sommes les colères, la rage, les contradictions, les espoirs, les actions, les alternatives, le débordement, déterminés, solidaires : nous sommes le moment d’après. Demain n’est plus très loin.”

Si vous souhaitez partager vos expériences dans le Cortège de Tête, échanger des ressources ou des analyses à ce sujet, l’espace des commentaires vous est ouvert. Vous pouvez également contacter le Cortège de Tête qui se coordonne sur Twitter.

____

Pour aller plus loin, voici une liste d’articles à lire sur le sujet.

http://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestations-au-coeur-du-black-bloc

https://lundi.am/Julien-Coupat-et-Mathieu-Burnel-interroges-par-Mediapart

https://lundi.am/Le-coup-d-apres

https://lundi.am/Vandalisme-epigraphie

http://larueourien.tumblr.com/ (s’il n’y avait qu’un livre, ce serait nos murs)

https://www.infolibertaire.net/universite-dete-du-ps-la-destitution-est-en-marche/

Sujets connexes :

https://lechatnoiremeutier.noblogs.org/post/2016/07/03/au-sujet-de-lattaque-de-lhopital-necker-lors-de-la-manif-emeutiere-du-14-juin-a-paris/?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

https://gazettedebout.fr/2016/07/01/nuitdebout-pardon-mon-amour/

Tribune proposée par les membres du Cortège de Tête.

Crédits photos:

  • Cortège de tête: Nuit Debout / DR
  • Visuel Eté Debout: Nuit Debout / DR
  • La milice nous nargue: Darius / DR

Alan Tréard

Auteur, reporter pour la Gazette debout.


3 réactions sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *